ae2

Andreas Eschbach

Né le 15 septembre 1959 à Ulm en Allemagne. Marié, un fils né en 1983.

Etudes d'aérodynamique à l'Université technique de Stuttgart. Juste avant de passer son examen, abandonne ses études pour travailler plusieurs années au développement de logiciels. En 1993, il fonde avec un associé sa propre société de conseil en informatique dont il devient directeur général en juin 1996. Dès les premiers signes de réussite en tant qu'écrivain, il quitte la société. Il vit aujourd'hui dans le Finistère avec son épouse Marianne et écrit à plein temps dans son bureau avec vue sur l'océan.

Andreas Eschbach écrit depuis l'âge de douze ans, principalement des romans, mais également quelques nouvelles. Dans les années 80, publie quelques courts récits dans plusieurs revues littéraires. En 1994, obtient de la fondation Arno Schmidt une subvention réservée aux « jeunes écrivains extrêmement doués ».

Au printemps 1995, publie son premier roman, Die Haarteppichknüpfer (Des milliards de tapis de cheveux), qui obtient en 1996 l'un des plus prestigieux prix allemands de science-fiction, le « SFCD Literaturpreis ». Son deuxième roman, Solarstation (Station solaire), publié en 1996, est récompensé par l'autre grand prix allemand de science-fiction, le « Kurd Laßwitz Preis ». Enfin, son troisième roman, Jesus Video (Jésus vidéo), remporte les deux prix et se classe en l'an 2000 parmi les meilleures ventes en Allemagne avant d'être adapté pour la télévision en 2002.

Andreas Eschbach touche pour la première fois un lectorat non germanophone en 1998 lorsque Die Haarteppichknüpfer est publié en France sous le titre Des milliards de tapis de cheveux. Premier roman allemand de science-fiction à être publié en France depuis 18 ans, Des milliards de tapis de cheveux est également récompensé par deux prix littéraires en France et en Belgique.

Aujourd'hui, Andreas Eschbach est considéré comme le chef de file de la science-fiction allemande contemporaine. Ses romans se classent généralement parmi les meilleures ventes et sont traduits dans plusieurs langues (à ce jour en anglais, en espagnol, en français, en italien, en japonais, en polonais, en russe, en tchèque, en turc et en néerlandais).

Article dans Wikipédia.